Avast renonce à vendre les données de ses utilisateurs, officiellement

Nous vous en parlions le mois dernier. A la suite du petit scandale causé par la révélation des pratiques d’Avast et de sa filiale AVG, consistant à revendre les données des utilisateurs des versions gratuites de leurs logiciels antivirus, le CEO Ondrej Vlcek avait tenté un damage control en affirmant que le processus de collecte et de revente était totalement anonyme. Cela n’a pas empêché Mozilla et Opera de retirer immédiatement les extensions Avast et AVG de leur store, à juste titre.

Finalement, devant le backlash subséquent, Vlcek a décidé fin janvier de mettre fin à cette pratique, qui, comme nous vous le rappelions, générait environ 40 millions de dollars à la société par an, en 2019, à travers la filiale Jumpshot, majoritairement contrôlée par Avast. Dans un article sur le blog de la société, Vlcek déclare :

La mission principale d’Avast est de protéger les gens à travers le monde et je réalise que les récentes nouvelles à propos de Jumpshot ont heurté beaucoup d’entre vous, et ont légitimement soulevé un certain nombre d’interrogations, y compris la question fondamentale de la confiance. Pour toutes ces raisons, et en accord avec notre équipe dirigeante, j’ai décidé de mettre fin à la collecte de données et des opérations chez Jumpshot, avec effet immédiat.

Pour rappel, l’action Avast avait droppé de près de 30% entre le 22 et le 30 janvier. Entraînant avec elle l’index PX de la bourse de Prague, bien que $AVST soit tradé au LSE.

Pourtant, l’information avait déjà été « révélée » dès le 9 janvier chez Forbes et dès le 12 Janvier sur Hazel Forum. Dès décembre 2019, plusieurs élus américains, dont le sénateur Ron Wyden, avait publiquement exigé des explications auprès d’Avast. De plus, cette collecte de données n’était nullement un secret pour qui avait pris la peine de lire les conditions d’utilisation des versions gratuites d’Avast et d’AVG. En outre, il était possible de choisir de ne pas participer à ce programme par un simple clic à l’installation. Sur les 430 millions d’utilisateurs des logiciels d’Avast, environ 100 millions d’entre eux étaient concernés par la collecte de données.

La plongée brutale de l’action Avast ne semble donc pas avoir tant été directement causée par les « révélations » concernant les pratiques de collectes de données, que par la décision du board de fermer boutique chez Jumpshot, une filiale qui comptait comme clients des gros mastodontes mondiaux (Google, Microsoft, McKinsey, Pepsi, Home Depot, etc.) et qui a rapporté environ 40 millions d’euros de revenus à Avast rien qu’en 2019. Le cout de la fermeture de Jumpshot elle même est estimée à 20 millions de dollars.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s