Le créateur de DropBit accusé d’avoir blanchi 311 millions de dollars sur le darkweb

Une affaire internationale de blanchiment d’argent, de crypto-monnaies et de ventes d’armes et de drogues se tramait depuis des années dans la ville d’Akron, dans l’Ohio.

Un habitant de Bath, Ohio, dirigeant d’une entreprise située dans le centre-ville d’Akron a été inculpé par un grand jury fédéral à Washington, DC, en décembre 2019, pour activités en vue de blanchir des instruments monétaires, pour exploitation d’une entreprise de transfert d’argent sans licence et pour opérations de transferts d’argent sans licence.

Simple crypto-entrepreneur ou criminel du darkweb ?

Larry Dean Harmon, un jeune trentenaire, a été arrêté jeudi 13 février à Akron. Ses actes d’accusation n’ont pas été totalement déterminés. S’il est reconnu coupable, Harmon pourrait encourir de 14 à 17 ans et demi de prison.

Les procureurs fédéraux de l’Ohio ont demandé au juge d’instruction la permission de pouvoir conserver Harmon en garde à vue, estimant qu’il représentait un fort risque de fuite. Mercredi, un juge fédéral a accédé à la demande de garder Harmon en détention. Ce dernier a été placé en détention provisoire à Washington, D.C. Son avocat, basé à Houston, au Texas, n’a pas encore souhaité communiquer avec la presse.

À Akron, Larry Dean Harmon exercait jusque là ses activités apparement légales dans un bureau situé au-dessus d’un restaurant au croisement entre East Market et High street. Sa société légale, nommée « Coin Ninja LLC« , se propose « d’accélérer l’adoption globale du bitcoin« . Cette société semble n’avoir développé qu’un seul produit, un wallet dénommé « DropBit » et le site internet ne semble qu’être un agrégateur automatique d’articles relatifs aux cryptomonnaies. Pour autant, les enquêteurs semblent pour le moment juger que cette société n’est pas liée à l’action en justice contre Harmon.

L’acte d’accusation et les documents judiciaires déposés par les procureurs de Cleveland se concentrent plutôt sur Grams et Helix, deux sites disparus qui, selon les enquêteurs, étaient dirigées par Harmon.

Grams et Hélix, deux services mythiques du darkweb

Créé en en 2014, Grams est bien connu des utilisateurs du deepweb, puisque ce moteur de recherche spécifique aux sites onion a longtemps été considéré comme le Google du web underground.

Image result for grams search engine

Mais Grams offrait également des services annexes, comme Infodex, et surtout Helix, lequel était un tumbler/mixer, autrement dit un service permettant d’anonymiser les transactions de cryptomonnaies, en particulier du bitcoin. Un service qui, bien évidemment, était disponible contre une commission.

« L’audace avec laquelle Helix a opéré est l’aspect le plus épouvantable de cette entreprise. Il y a de mauvais acteurs et puis il y a des criminels qui facilitent des centaines d’autres crimes. Le seul but de l’opération contrôlée par Harmon était de dissimuler des transactions criminelles aux forces de l’ordre sur le Darknet, et en raison de notre expertise croissante dans ce domaine, il ne pouvait pas rester impuni très longtemps. Travaillant en collaboration avec d’autres sites, il cherchait à être le blanchisseur d’argent par excellence sur le Darknet, mais nos enquêteurs ont une fois de plus joué le rôle de perturbateurs, démêlant ce réseau d’une tentacule à l’autre. Nous remercions les autorités béliziennes et les autres organismes chargés de l’application des lois pour leur aide dans cette affaire », a déclaré Don Fort, chef du département des enquêtes criminelles de l’IRS dans un communiqué de presse officiel.

« Harmon promouvait Helix à ses clients sur le Darknet comme un moyen de dissimuler les transactions auprès des forces de l’ordre », ont déclaré les procureurs.

Et c’était une entreprise rentable. Helix a blanchi au moins 354 468 bitcoins, soit l’équivalent d’environ 311 millions de dollars, selon les procureurs fédéraux.

Helix facturait des frais de 2,5% pour chaque transaction, ce qui au total, représente environ 8 900 bitcoins d’une valeur de près de 80 millions de dollars, en considérant les cours actuels, ont déclaré les procureurs.

Selon les éléments de l’enquête, Harmon aurait fermé Grams et Helix en raison de la répression fédérale sur le dark web. En effet, en un peu moins de quatre ans d’existence, Grams était devenu une vraie référence sur le darkweb. La fermeture soudaine du site en décembre 2017 avait plongé des centaines de milliers d’utilisateurs dans la stupeur, dans un contexte de répression générale, puisque le fameux marché noir AlphaBay avait luimême été saisi par la justice américaine quelques mois plus tôt. Toutefois, le responsable du site avait posté un message sur Reddit à l’époque, affirmant que la fermeture du site n’avait pas de rapport avec la police, mais qu’elle était liée à des soucis techniques et financiers, expliquant que les marchés noirs rendaient de plus en plus difficile l’indexation de leurs contenus et que la concurrence accrue de tumblers/mixers offrant des services à meilleur coût avait eu raison de l’utilité d’Helix. Néanmoins, si les accusations portées contre Harmon sont confirmées par la justice américaine, l’argument des « difficultés financières » s’avérera pour le moins audacieux, au vu des gigantesques bénéfices obtenus.

La famille de Harmon se mobilise

Depuis l’arrestation, l’épouse de Larry, Margot, a déclaré avoir reçu des menaces téléphoniques provenant de numéros inconnus. Les individus auraient prétendu connaître l’emplacement de sa maison et avoir déclaré que Margot Harmon n’était plus en sécurité là-bas, a déclaré Gary Harmon, le frère de Larry, à CoinDesk.

« Maintenant, notre famille est menacée parce que le FBI a décidé de dire au monde entier qu’il y aurait de l’argent caché chez nous », a déclaré Gary. « Ils n’ont aucune preuve de cela et il ont mis notre famille en danger. »

Gary Harmon a déclaré que tous les avoirs de son frère avaient été gelés et qu’il n’avait pas été libéré sous caution en raison de risques de fuite. À ce titre, la famille a lancé une campagne GoFundMe pour ses dépenses pendant le procès.

« Notre adresse y figure », a déclaré Margot Harmon à propos de l’acte d’accusation. «Lors de l’audience concernant le règlement de la caution, ils ont allégué que nous possédions peut être davantage de bitcoins. Cela nous a donc mis en danger. » Gary a déclaré que les autorités avaient déjà confisqué tous les portefeuilles matériels de son frère et que Margot n’avait plus de bitcoin chez elle.

Vers la fin des Bitcoin tumblers / mixers ?

Matt Corallo, contributeur du Bitcoin Core, a déclaré que si cette accusation était confirmée par la cour fédérale de Washington, ceci constituerait une jurisprudence qui signerait «le début de la fin». Margot Harmon a déclaré que son mari s’intéressait aux technologies de protection de la vie privée, pas aux activités criminelles. Pour se justifier, elle a donné l’exemple assez pathétique « de personnes homosexuelles qui voudraient acheter du porno ou des produits sexuels sans jugement de la part de membres conservateurs de leur famille ». Un argument grotesque et répugnant qui ne risque pas de faire mouche auprès des autorités.

« Larry a toujours défendu la vie privée. Il ne connaît aucun criminel du dark web. Il voulait juste aider les gens à avoir une meilleure intimité », a-t-elle déclaré jeudi à CoinDesk. « C’est un droit fondamental qui nous est garanti par la Constitution. »

Dans cette affaire, les tribunaux pourraient avoir à décider si le quatrième amendement de la constitution américaine se rapporte réellement au bitcoin quand il est dit que les Américains ont le droit « d’être garantis dans leurs personne, domicile, papiers et effets, contre les perquisitions et saisies non motivées ». Que ce texte inclue ou non un droit à la vie privée, d’une manière générale, est une question très débattue parmi les experts juridiques.

En mai, la brigade néerlandaise d’enquête criminelle financière a saisi et fermé le fameux service de « mixage » Bestmixer.io, mais d’autres sociétés, telles que le portefeuille Wasabi, axé sur la confidentialité, ont des mélangeurs de transactions intégrés et ce service constitue la colonne vertébrale de leur stratégie commerciale. Ces startups de portefeuilles Bitcoin proposent généralement des mélangeurs non dépositaires, contrairement au mélangeur dépositaire Helix. Les wallets comme Wasabi sont des wallets téléchargeables et installables par l’utilisateur, qui est le seul à être détenteur des cléfs et responsable des transactions opérées. A l’inverse, Helix était un service qui recevait les dépots et gérait les transactions. Le fonds de capital-risque canadien Cypherpunk Holdings est investi à la fois dans la société mère de Wasabi et dans le Samourai Wallet, qui propose également un service de mixage. Le groupe Coin Center a fait valoir que les mélangeurs non dépositaires ne devraient pas être soumis à la réglementation car ils offrent des outils logiciels hébergés par les utilisateurs.

L’issue du procès Harmon confirmera peut être le degré de responsabilité des développeurs de wallets non dépositaires avec mixage intégré.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s