Accusé d’homophobie, le rappeur Koba La D menacé de déprogrammation

Sur les réseaux cette semaine, le rappeur Koba la D a créé une petite polémique assez cocasse. Souhaitant signifier, sans doute maladroitement (car l’individu n’est clairement pas une fusée) qu’il considère l’homosexualité comme une pratique anormale et anti-naturelle, le rappeur d’Evry a posté sur son compte Snapchat une capture d’écran renvoyant à un fait divers vieux de deux ans, dans lequel un père de famille américain a tué son propre fils, car il ne supportait pas que ce dernier soit devenu un sodomite public.

A partir de là, Koba La D s’est retrouvé au cœur d’une polémique qui n’a pas tardé à se retrouver en top des tendances Twitter. Cherchant à canaliser le « badbuzz » que ce snap avait généré auprès de son public essentiellement composé de petits adolescents blancs et gauchistes, Koba la D a tenté de rétropédaler en se défendant d’être « homophobe » et de cautionner le meurtre, affirmant également avoir posté le snap « sans réfléchir ».

 L’affaire est allée encore plus loin, puisque suite à cette polémique, les différents festivals dans lesquels le rappeur devait se produire dans les prochains mois sont montés au créneau. Certains organisateurs n’ont visiblement pas été convaincus par la communication du rappeur et le VYV Festival a carrément annoncé avoir annulé la programmation du rappeur, dont le passage sur scène était prévu le 13 Juin à Dijon.

Cette affaire anodine nous en dit beaucoup sur l’hypocrisie et la schizophrénie de l’actuelle société du spectacle. Les organisateurs de ces festivals affirment vouloir déprogrammer Koba La D car ils sont « contre les discriminations et les discours de haine ». Curieusement, cela ne les dérange pas de glorifier et d’inviter des rappeurs qui parlent de « bicrave », de crimes, de flingues, de trafic de drogue et de sexe à longueur d’albums. Mais dès que ces mêmes rappeurs font comprendre qu’ils ne sont pas forcément alignés sur le discours LGBT, tout d’un coup, cela devient un discours de haine intolérable. Quelle sinistre farce.

On pourra en dire de même du public d’adolescents dégénérés du rappeur en question. Beaucoup d’entre eux se sont dit être choqués de l’intolérance de leur vedette à l’égard de l’homosexualité. Mais là aussi, ce public, largement composé d’adolescents, n’est pas du tout géné d’être plongé H24 dans une culture rap qui glorifie par ailleurs toutes sortes d’abominations antimorales et de comportements criminels. A bien y réfléchir, on remarque effectivement que, si le rap était beaucoup plus ouvertement rétif à l’homosexualisme il y a encore quinze ou vingt ans, on peut noter qu’aujourd’hui, alors que ce courant musical n’a jamais été aussi vulgaire, il semble que les artistes qui veulent « céper » font tout pour éviter d’aller à l’encontre des grands dogmes actuels. Pour le reste, ils ont carte blanche pour proférer les pires insanités sur les antennes de Skyrock à longueur de semaine.

Que ce soit clair, nous n’avons que dégoût pour la musique passablement médiocre de Koba La D. Mais lorsqu’un rappeur est capable d’exprimer ne serait-ce qu’une étincelle de bon sens, il faut le dire. Néanmoins, on peut penser que les producteurs de ce dernier sauront calmer la fureur des militants LGBT qui sont nombreux dans les monde du spectacle et qu’ils sauront rentabiliser le bad buzz de leur poule aux œufs d’or.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s